top of page
Rechercher

🌟La nouvelle culpabilitĂ©đŸŒŸ

La culpabilitĂ© nous tombe dessus quand on devient mĂšre, enfin mĂȘme avant cela, dĂšs que l’on apprend notre grossesse, on commence Ă  culpabiliser de tout, tout le temps. Parfois les autres nous font culpabiliser, parfois c’est nous toutes seules. C’est donc quelque chose que l’on connait et que chacune gĂšre plus ou moins bien.


Le confinement, ça on ne connaissait pas, mais on se doutait bien que cela n’allait pas ĂȘtre de la tarte. EnfermĂ©e chez soi, avec les marmots, Ă  jongler entre Ă©cole et boulot dans le mĂȘme espace/temps, on a tout de suite compris que cela tiendrait plus du tour de force que de la partie de plaisir.


Ce que personnellement je n’avais pas vu venir, c’est cette nouvelle forme de culpabilitĂ© nĂ©e des rĂ©seaux sociaux, si prĂ©sents pendant cette pĂ©riode.


Si on m’avait dit il y a quelques semaines que j’allais me sentir coupable de ne pas faire mon painđŸ„– moi-mĂȘme ou de n’avoir trier qu’une seule petite piĂšce (le cabanon du jardin🏡), j’aurais trouvĂ© cela risible. Dans la vie d’avant confinement, je m’évertuais dĂ©jĂ  de faire un maximum de choses maison (nourriture ou produits d’entretien) et j’ai toujours toujours adorĂ© ranger, trier, donner, jeter. Mais il faut croire que j’étais dĂ©jĂ  au taquet, cet enfermement n’a pas dĂ©veloppĂ© ces compĂ©tences.


Je ne fais pas non plus d’avantage de sport đŸ‹ïžâ€â™€ïžou de yogađŸ§˜â€â™€ïž, je n’ai rattrapĂ© aucune lecture en retard📖 (cf deux petits garçons Ă  occuper H24👩👩), je ne philosophe pas sur les raisons de cette crise ni ne rĂ©flĂ©chis sur le monde d’aprĂšs, je n’ai appris ni Ă  jongler đŸ€č‍♂ni Ă  parler danois, et je n’ai toujours pas dĂ©sherber le jardin.


Non, rien de tout ça.


Je fais de mon mieux.


Je fais en sorte que mes enfants gardent un rythme, qu’ils aient les dentsđŸŠ· et les mains propres👐, que le frigo et les placards soient pleins, que mon conjoint puisse avoir suffisamment de calme pour pouvoir tĂ©lĂ©travailler. J’essaie de maintenir un rythme correct de sophrologie et de mĂ©ditationđŸ§˜â€â™€ïž pour ne pas devenir folle, je fais mon maximum pour que les journĂ©es passent vite et sans trop de conflits, j’essaie de prendre rĂ©guliĂšrement des nouvelles des gens que j’aime☎. Et franchement, je trouve que c’est dĂ©jĂ  pas si mal.


Alors je ne posterais sans doute pas d’Ɠuvres d’art de mes enfants (nos productions ne sont pas trĂšs instagrammables), je continuerais Ă  baver d’envie devant les brioches maison de mes amies🍞, je ne perdrais pas un gramme (j’essaierais au mieux de limiter la casse), je ne me remettrais pas au chinois đŸˆ¶et le garage restera probablement dans le mĂȘme Ă©tat.




Plus que jamais, faire de son mieux c’est dĂ©jĂ  beaucoup, non ?

6 vues0 commentaire
bottom of page