top of page
Rechercher

🌟« C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup » - France Gall.🌟

Aujourd’hui je me suis rendue compte que pour la première fois depuis septembre je n’avais posté aucun article en deux semaines. Non pas que j’imagine une horde de fans en attente fébrile de mes articles, loin de là même, mais c’était une routine que j’avais mise en place et qui représentait un challenge personnel de chercher toujours des idées et de les coucher sur le papier.


« C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup » (RIP France).

C’est évidemment un détail dans cette vie complètement dingue que nous vivons, mais effectivement pour moi ce détail a beaucoup d’importance.


Mon burn out professionnel m’avait « forcée » à consacrer mon quotidien à mes enfants et ma maison. Je vivais plus ou moins avant l’heure cette période de confinement. Evidemment je pouvais sortir mais cela se réduisait au minimum, j’avais en effet développé une certaine appréhension, pour ne pas parler de peur, de m’éloigner de chez moi. Je me faisais tout un tas de scénarios catastrophes, j’étais même parfois à deux doigts de ne pas mettre mes garçons à l’école, étant rassurée de les avoir près de moi. Toute ma vie tournait autour d’eux, et quand ils étaient à l’école je vivais la vie d’une femme des années 50, à base de ménage, repassage et cuisine. Voilà voilà. Cette vie confinée aurait pu durer mais fort heureusement je me suis lancée dans un nouveau challenge en choisissant de me reconvertir et de devenir sophrologue.


Ce n’est pas vraiment une promenade de santé de lancer sa propre activité en partant de rien. Entre les études, le stage, la pratique, la recherche d’un cabinet, le démarchage, les méandres administratifs, la communication, je ne me suis pas ennuyée une seconde. Mais j’ai beaucoup douté, j’ai eu peur, j’ai mal dormi, j’ai eu envie de tout lâcher. Pour être sûre de ne pas baisser les bras, j’ai misé sur mes valeurs sûres : l’organisation et la rigueur.

Ces articles hebdomadaires représentaient cette rigueur, cette organisation. Je me prouvais chaque semaine que j’étais capable de pondre un article, de m’y tenir, de ne m’accorder aucune excuse pour ne pas le faire.


Cette crise que nous vivons est un tsunami, tout a été dit sur le bouleversement de nos vies, notre quotidien, nos repères sont chamboulés, rien n’est comme avant, rien ne sera plus comme avant. C’est pourtant un détail de ma vie qui m’a fait réaliser à quel point ma vie était différente. Elle tourne à nouveau autour de mes enfants, de ma maison et (nouveauté) de mon conjoint en télétravail.



Cet article n’a donc pas beaucoup d’intérêt si ce n’est de m’obliger à reprendre contact avec ma vie de sophrologue, cette vie que j’ai choisi, dans laquelle j’ai beaucoup investi et qui me manque chaque jour où je ne la pratique pas.

Back in the game !

6 vues0 commentaire
bottom of page