top of page
Rechercher

🌟Ça veut dire quoi écouter ses ressentis ?🌟

En sophrologie, chaque exercice consacre une place à l’écoute des ressentis. En tant que sophrologue, on apprend très tôt à demander aux personnes que l’on accompagne d’accueillir leurs ressentis, cela devient automatique mais, à mon sens, pour que cela soit efficace il faut vraiment comprendre ce que cela veut dire et surtout à quoi cela sert.


Le ressenti peut-être physique : un picotement, une chaleur, une tension ; mental : de l’apaisement, du stress ; émotionnel : de la joie, de la tristesse… Accueillir son ressenti c’est noter sa présence, sans jugement, sans se demander pourquoi cela apparaît.


Accueillir ses ressentis = lister tout ce que l’on sent dans notre corps, tout ce qui nous passe par la tête, toutes les émotions que l’on éprouve.


Pourquoi ?


1.Pour se forcer à être dans l’instant présent. Le terme « se forcer » n’est peut-être pas très sophro, mais pour moi il est important. C’est difficile d’être dans l’instant présent. La démocratisation de la méditation nous incite à vivre ce moment présent, mais on sait tous qu’il est quasiment impossible de « faire le vide » pour se consacrer à l’ici et maintenant, il suffit d’essayer pour que tout un tas de pensées nous submerge. En étant simplement attentif à ce que l’on ressent, prendre conscience qu’il se passe des choses en nous, c’est le moyen le plus simple de se connecter à l’instant présent, à ce qui se passe là, tout de suite, ici, maintenant.


2.Pour mieux se connaître. Au début, quand on commence à écouter ce qui se passe en nous, le plus simple à percevoir est le ressenti physique : ça me gratte, j’ai chaud, je suis tendu au niveau des cervicales. Puis, peu à peu, on ressent des idées, des émotions : j’ai une impression de bien être, je me sens fatiguée, je pense à ma to-do list, je rêve à mes prochaines vacances. Plus on pratique cette écoute active, plus on arrive à percevoir les manifestations de notre stress, de nos peurs, mais aussi de nos joies. On ressent en nous les conflits entre ce que l’on fait et ce que l’on est. On voit arriver la colère, on prend conscience de vivre un moment de bonheur… Bref, on se connait mieux !


3.Pour devenir maître de soi. « Maître » c’est peut-être un bien grand mot, ok, mais au moins en mesure de réagir à ce que nous ressentons. Lorsqu’on observe un ressenti, qu’on a appris à le reconnaître, nous sommes en mesure de réagir, de faire un choix. J’aime beaucoup la notion de congruence, raison pour laquelle je choisis cet exemple : je décèle en moi une incohérence, je me sens en contradiction avec ce que je suis en train de faire ; qu’est-ce que je fais ? Est-ce que je décide que ce n’est rien, que je n’ai pas le choix ou bien je choisis une autre solution, je prends la décision de modifier mon comportement pour ne plus sentir cette contradiction ?


4.Pour développer sa confiance en soi. Mieux se connaitre, réagir à ce que nous dit notre corps, notre tête, notre cœur, nous aide à nous considérer avec davantage de bienveillance, à ne plus être en conflit avec nous-même ; c’est plutôt un bon début pour avoir confiance en soi !


En pratique.

Si je devais choisir un moment pour commencer à écouter ses ressentis, je choisirais le coucher. Une fois allongé, concentrez-vous sur votre respiration, percevez les mouvements de votre corps qui respire, imaginez le trajet de l’air de votre nez qui inspire à votre bouche qui expire. Après quelques grandes respirations, mettez-vous à l’écoute de ce qui se passe en vous : une envie de me gratter le pied droit, une bulle qui court dans mon ventre ; notez les pensées qui vous traversent l’esprit ; évaluer votre météo intérieure…


Vous allez vite vous apercevoir que votre corps a beaucoup à dire et plus vous pratiquez, plus il sera bavard. Vous ne sentez rien ? ne notez rien ? Pas d’inquiétude, écouter et ne rien entendre c’est déjà avoir fait l’effort d’écouter !


Ecoutez vous pour mieux vous connaître.


5 vues0 commentaire

コメント


bottom of page